Le Travail de la Voix : Le Silence

Résumé de l’épisode précédent : La voix est comme un instrument, et comme tout instrument, il ne fonctionne bien que si vous en prenez soin, que vous l’entretenez et que vous en perfectionnez la maîtrise.

Une fois cela bien compris, il y a plusieurs composantes de la Voix sur lesquels vous pouvez agir :

  1. Le souffle
  2. L’articulation
  3. Le silence

LE SILENCE

En quoi savoir se taire fait partie du métier de Voix ? En tout !

Le silence c’est l’émotion. C’est la vibration du coeur. C’est l’âme des mots.

C’est le creux sans lequel il n’y aurait pas de vagues, l’obscurité sans laquelle il n’y aurait pas de lumière… Le silence c’est ce qui impose l’écoute, ce qui laisse le temps à l’idée, à l’image de se former dans l’esprit de l’auditeur. Le silence, c’est l’assurance de celui qui parle, l’intensité de ses propos.

Bref, Osez le Silence !

Sachez manier les silences et l’on vous entendra mieux.

Encore faut-il savoir placer un silence : après une idée forte ou après un mot important, une phrase légèrement choquante ou décalée, par exemple.
Mais attention : si vous en abusez, patatras ! L’effet dramatique se retourne contre vous.
C’est pourquoi il faut bien comprendre ce que vous lisez et user des silences à bon escient, c’est à dire globalement avec modération.

Pour vous entrainer à poser des silences, prenez une réplique et jouez à en multiplier les variantes : débit accéléré – pause – débit plus lent ; changez de rythme ; modulez différemment ; testez différentes façon de marquer la pause.

Cela va de pair avec le respect de la ponctuation. CAPITALE, la PONCTUATION ! Vous connaissez ces phrases types : « Venez manger les enfants – Venez manger, les enfants ». A une virgule près c’est le drame !

Alors à vous de jouer !

No Commentaires

Laisser une Réponse